adeline 2

A OUIDAH POUR LA FETE DU VAUDOU
Pour « profiter » de cette fête nous sommes parties à Ouidah, situé à 1h de route de Cotonou. Comme à notre habitude nous avons pris le taxi !! Une fois là-bas, nous nous sommes aperçues qu’il y avait plus de « yovos » que de « mewi » !!! En effet, cette fête se déroule plutôt dans les villages, à l’abri des regards. A Ouidah, c’est une fête vraiment pour les touristes.
Au fil du temps, nous avons appris qu’il ne faut pas faire des photos n’importe où et n’importe comment. Par contre, les touristes prenaient les gens sans aucune gêne et ne les respectaient pas. Je n’ai vraiment pas aimé cette manière de faire. On sentait que tout ce qui intéressaient ces gens, c’était le folklore…

Malgré tout, ce fut intéressant pour nous, même si les explications étaient rares et nous ne comprenions pas grand-chose… Imaginez-vous que vous entrez pour la première fois dans une église lors de la messe et que vous n’ayez jamais entendu parler de cela. C’est un peu le sentiment ressenti lors de cette célébration… De plus, dans les croyances populaires, le vaudou fait peur avec les sacrifices, les danses avec les personnes en transe, les mauvais esprits,…
Pour la danse du bambou, un homme monte sur un bambou planté dans le sable. Pour l’un d’eux, le bambou n’était pas assez enfoncé dans le sable. Quand il est monté, le bambou a commencé à pencher sévèrement, il n’a pas pu aller jusqu’en haut. Mais c’était déjà impressionnant ! Le second a réussi à monter jusqu’en haut, là il a commencé à faire balancer la tige de bambou !! Très impressionnant !! Mais j’avoue ne pas avoir compris pourquoi ils effectuent cette montée !
Maintenant, dans le quartier, à Cotonou, des danses traditionnelles sont effectuées à l’occasion de cette fête. Avant, nous avons demandé la permission de rester. C’est vraiment impressionnant de voir les gens danser ainsi. Quelquefois, certains entrent en transes et sont vraiment agressifs… la population en a même peur. Nous essayons de comprendre en questionnant mais la plupart de ne savent pas expliquer… Alors avec le rudiment que nous avons, nous essayons de comprendre un peu un peu !


ORATORIO… QUESAQO ??

Tous les dimanches nous accueillons les enfants du quartier pour des activités diverses : danses, dessins, foot, crochet, perle, théâtre, basket… Au début, ils étaient près de 300 enfants à venir !! La première fois, c’était impressionnant d’en voir autant débarquer dans une cacophonie indescriptible !! C’est quelquefois difficile d’animer ces groupes en raison de la barrière de la langue, la plupart ne parlant pas très bien le français. Et j’ai l’impression de faire de la discipline à longueur d’oratorio en particulier dans
l’activité dessin : les enfants vont et viennent comme ils veulent car nous sommes installés dehors!! Maintenant, j’ai changé d’activité : je suis en danse et je vais essayer de proposer des danses du MSJ !! Alors défoulement assuré !!
Après les vacances de Noël, très peu d’enfants sont revenus. Nous sommes partis faire de la publicité dans les rues du quartier avec les filles du foyer et les enfants arrivés
à l’heure !! Les animateurs ont revêtu leur magnifique tee-shirt, une casquette et nous avons eu droit à de la peinture !!
Et bien sûr, une banderole fut réalisée par les petites mains des animateurs !! En tout cas, ce fut une bonne après-midi … de marche !! Et nous espérons avoir plus de jeunes !!

UNE GRANDE PREMIERE : SORTIE AU CIRQUE !!!
Nous avons eu une sortie pédagogique avec les grandes sections des espaces éveils. Nous avons assisté à un spectacle de cirque à l’Institut Français de Cotonou. Pour y arriver, les parents devaient les conduire jusque la Maison de l’Espérance pour partir en bus ! La plupart des enfants sortent rarement de leur quartier, en particulier ceux de Toyoyomey, le bus fut pour eux une grande première ! Ce fut difficile durant le trajet de les garder assis tellement ils avaient le nez collé à la vitre à regarder partout. Tant de nouvelles choses : la circulation, les voitures, les motos en nombre important, la ville.
Une fois arrivés, ils se croyaient presque en Yovotomé (Pays des blancs) !! Pendant le spectacle, ils étaient tout aussi fascinés : leurs yeux pétillaient !! J’étais vraiment très contente pour eux ! Comme quoi, le comique et le cirque sont des paroles universelles ! Durant ce spectacle, le comédien a utilisé un faux chien qu’il est venu promener dans l’allée et d’instinct tous les enfants sont partis sur les côtés ! J’ai trouvé cela très amusant mais aussi une question : pourquoi ont-ils eu autant peur alors qu’il y a beaucoup de chiens errants ? Bref !De plus, j’ai dû donner de ma personne !! Ce fut une très très très bonne matinée !!! Les sorties pédagogiques sont pour ces enfants une chose vraiment extraordinaire et leur permettent de découvrir un autre monde que leur quartier où règne la violence, la saleté, les déchets…

LES COUPURES D’EAU ET D’ELECTRICITE : UNE HABITUDE A PRENDRE !!!
En ce moment, les coupures d’électricité sont très fréquentes surtout le soir. En général, le courant est coupé aussi dans la journée. Bon, je n’en ai pas vraiment besoin vu que là où je travaille, il n’y a pas d’arrivée d’électricité !Pour ce qui est des coupures d’eau cela arrive plus fréquemment : la pression est trop faible pour faire monter l’eau au premier étage. De ce fait, le matin, quand on veut se débarbouiller de la nuit très chaude, il faut prévoir le pot et le bac d’eau, préalablement bien remplis !
C’est la même chose le soir quand on veut prendre une douche : la pression est tellement faible que c’est préférable de « se laver au pot » En règle générale, la coupure la plus fréquente est celle du samedi matin : jour du ménage ! Toutes ces coupures sont très utiles pour remarquer que le plus important pour vivre est bien l’eau : sans eau nous ne pouvons rien faire. Tandis que sans électricité nous pouvons toujours prendre une bougie ou tout simplement aller plus tôt au lit !! (blog - mars 2013)

LES CELEBRATIONS DE LA SEMAINE SAINTE FURENT TRES RICHES !
Le dimanche des Rameaux a eu lieu les JMJ (!!!) avec l’évêque. Cette messe m’a beaucoup renseigné sur la culture locale. Ensuite nous sommes allés en procession vers l’église.
Je suis allée à la messe du Jeudi Saint. J'ai rarement vu un recueillement aussi profond : à la fin, le prêtre a placé l'hostie consacré pour l'adoration. Il régnait un calme que j'ai rarement ressenti dans une église. Ce fut vraiment impressionnant. Le vendredi saint, je n'ai pas effectué le chemin de croix car il faisait vraiment très chaud même à 15h. Mais, j’ai participé à la veillée Pascale qui était présidée par le provincial des salésiens d'Afrique de l'Ouest. Ce fut une grande fête. Les cinq premières lectures avant l'Evangile étaient alternées en fon et en français ! C'était vraiment intéressant !! La célébration a duré près de 3h et nous sommes rentrées à 1h30 du matin !! Le lendemain, la messe fut habituelle !! Pas trop longue 1h30 !! Et pas festive comme la veillée. Peut-être parce que c'était celle des enfants !!! Enfin, je suis contente d'avoir pu vivre un moment aussi fort ici ! (mail du 1er avril 2013)

AU NORD… C’ETAIENT LES MONTAGNES !
Les corons. Euh, non !! C’est les montagnes dont la plus grande culmine à près de 600 m !! Pour ceux qui se moquent quand je parle des monts de Flandres… Ici, ce n’est pas non plus les Alpes !! Mais ce sont LES montagnes du Bénin !!
Cela fait maintenant cinq semaines que je suis revenue de ce voyage. J’en étais arrivé à un point où il fallait que je change absolument d’air !! Alors, je suis partie avec Valérie et ses parents, venus lui rendre visite, en direction du Nord Bénin.Nous avons pris le bus, un joli bus presque comme à la maison (si c’est possible !), pour aller jusque Djougou situé près de la frontière avec le Togo à 7/8h de route (nous ne comptons pas en nombre de kilomètres mais plutôt en temps, tout peut arriver en cours de route !). Finalement, nous y sommes arrivés sans trop de problème, j’étais très étonnée de l’état des routes ! Elles sont plutôt bonnes !!
Après une nuit à l’hôtel, nous avons été réveillés par les différents imams chacun à une heure différente dès 5h du matin ! Nous sommes partis en direction du village de Tanéka non loin de là. Selon notre habitude, nous avons utilisé les moyens locaux : le taxi brousse !! A l’arrière, nous avons eu droit à une bonne mamma africaine : nous étions vraiment très serrés !! A un point donné, nous nous sommes arrêtés dans une école qui compte trois classes avec seulement deux professeurs. De plus, les niveaux ne sont pas mélangés alors une année ce sont seulement les CP, CE2 et CM2 et l’année suivante les CI (Cours d’Instruction), CE1 et CM1 qui peuvent aller à l’école !! Comment offrir une éducation correcte dans des conditions pareilles ?
Puis nous sommes montés vers le village. C’était un vrai village béninois avec quatre rois. Devant chacun d’eux, il fallait s’agenouiller pour saluer. Chaque roi a sa propre fonction ! Les traditions du Nord sont vraiment marquées davantage qu’au Sud. C’est vraiment intéressant de voir comment cela se passe. Pas mal de filles du foyer ou du marché viennent du village, alors c’est vraiment enrichissant de connaître les conditions dans lesquelles elles vivent… J’ai ainsi mieux compris pourquoi au foyer les filles se lavent au seau avec l’eau du puits, cuisinent de manière traditionnelle avec des pierres en guise de cuisinière… puisque l’on vise leur réintroduction dans leur famille donc au village !


ENRICHISSANTE IMMERSION AU COEUR DES TRADITIONS BENINOISES
Nous sommes restés au sein de ce village pour y manger et dormir chez l’habitant. Au menu : riz accompagné du fromage local rouge frit (il vaut mieux pour nos petits intestins bien fragiles de « yovos » !) et en dessert de la mangue (mmmh !!!). Et nous avons eu droit à la boisson locale : le tchoukou, boisson fermentée (comme la bière) à base de mil. Gouter à cette boisson me fut fatale pour la suite du voyage !
Nous avons dormi dans une maison en dur, traditionnelle : une « grande pièce » et une plus petite avec un coin douche c’est-à-dire le seau ! Dans ce genre de maison vit toute une famille : parents et enfants. Nous voulions dormir sur la natte mais la moustiquaire apportée n’allait pas jusqu’au sol, alors il a fallu utiliser le matelas par cette chaleur !!
Le lendemain, nous sommes parties en direction de Natitingou pour nous rapprocher du parc national de la Penjari. Dans le taxi, remplissage maximum (comme d’habitude me diriez-vous), et bien non : une personne dans le coffre en plus, c’est beaucoup plus marrant !! Je ne comprends pas pourquoi les béninois veulent charger autant : cela abîme autant les routes que les voitures. Mais, j’ai remarqué que les personnes ici vivent au jour le jour et se préoccupent peu du lendemain. Alors, si la voiture marche aujourd’hui chargeons là au maximum, demain est un autre jour !
Arrivés à destination, nous avons trouvé un joli hôtel avant de partir le lendemain pour la Penjari. Et le tchoukou a fait son effet : je suis tombé malade dans la journée. Youpi !! Même des locaux ne goûtent pas car il faut bien supporter les boissons fermentées (les amateurs de bière, essayez !!). Au final, je n’ai pas pu aller ni au parc, ni aux chutes tout près de là. Je suis restée à l’hôtel jusqu’au départ !!
Le retour s’est bien déroulé. Après plus de 10h de voyage, ce fut le retour à Cotonou au coeur de la circulation chaotique et des conducteurs de zem avec qui il faut négocier encore et toujours ! J’ai pu me reposer durant ce séjour un peu spécial, changer d’air, visiter le pays et me rebooster pour les quatre mois qui me restent !! (blog mars 2013)


JE SILLONNE LE GRAND MARCHE TOUS LES MARDI SOIR AVEC VALERIE
Je suis encore et toujours très motivée, la mission est vraiment intéressante et je m´épanouis pleinement ! Je rentrerai en France le 30 juillet au matin : c´est un vol de nuit en compagnie des volontaires allemandes !! En juillet, mon programme ne va pas trop changer : les espaces éveils restent ouverts avec d´autres activités, l´après midi au foyer !! Je vais peut-être aller davantage au marché le lundi après midi car maintenant, avec Valérie, nous participons aux « sillonnages » dans le marché tous les mardis soirs. C´est vraiment passionnant !! La vie ne s´arrête jamais. J´apprécie vraiment le marché maintenant, mais il m’aura fallu près de sept mois !!
En tout cas, le temps passe vraiment très vite il ne me reste que 3 mois. Où est-il le temps de mon arrivée ? Je supporte mieux la température car la grande saison des pluies commence et le thermomètre est en baisse. Le WE dernier, j´ai même apprécié un petit gilet car il avait plu toute la journée du dimanche. Du coup, je dois commencer à prendre les bottes pour aller à Toyo, peu de zem acceptent d´aller si loin avec l´eau ! (courriel du 6 mai 2013)