adeline

Je suis bien arrivée à Cotonou, au Bénin. Dès la descente de l’avion, mise au parfum : chaleur écrasante, humidité intense.
La soeur responsable, Sr Maria Antonietta, et deux volontaires allemandes, Lena et Valérie, étaient présentes pour m’accueillir. La découverte de la ville s’est faite de nuit, mais que de monde, de voitures, de motos, de bruit… Mais je suis très heureuse d’être arrivée et de commencer la mission !

Pour ceux qui n’ont pas regardé une carte du monde, le Bénin se situe en Afrique au niveau du Golfe de Guinée et a pour voisin le Togo, le Burkina Faso, le Niger et le Nigeria. La ville de Cotonou est la plus grande ville du pays, néanmoins la capitale est Porto Novo, située à quelques kilomètres.
Les vidomégons…
Au sein de la mission des soeurs se trouve le foyer des Vidomégons. La Tradition béninoise consistait à placer la fillette venant de la campagne chez un membre de la famille habitant en ville, afin de la scolariser en échangede menus services. Mais la crise économique est passée et la tradition s’est pervertie. De ce fait, les fillettes sont
vendues, ne vont plus à l’école, sont battues, utilisées comme petites bonnes et parfois violées.
Le FOYER est séparé en deux : le petit et le grand. Le petit foyer accueille les filles pour une courte durée, le temps de trouver une solution, c’est-à-dire la réintroduction dans la famille ou un placement. Le grand foyer accueille les filles pour une durée plus longue et vise la scolarisation et la réussite professionnelle (certaines sont en apprentissage) selon l’âge. Les plus grandes s’occupent des plus petites autant au niveau comportement qu’au niveau des tâches du quotidien. Il existe une vraie solidarité entre elles.

La communauté religieuse de Cotonou comporte huit soeurs : Soeurs Maria-Antonietta, la responsable de communauté, Yvonne, Vicki, Sylvia, Bérénice, Judith, Johanna et Hélène. Toutes d’horizons différentes : deux italiennes, deux espagnoles, une autrichienne, deux béninoises et une burkinabé ! Autant dire que l’on ne parle pas le même français ! De plus, il y a deux volontaires allemandes, Lena et Valérie, et une autrichienne, Maria.
Ce vendredi nous avons assisté à un concert pour SOS Femmes avec une star du Bénin, Sessime, qui s’est déroulé à l’Institut Culturel Français ! Les filles étaient ravies et ont chanté le lendemain pendant toute la durée du nettoyage ! En ce moment, il y a pas mal de coupures de courants et ce n’est pas toujours évident surtout quand on trie du riz !! Du coup, on manque aussi d’eau, c’est moins bien pour se laver ! Heureusement, il y a une bassine d’eau au cas où !
En tout cas, je m’habitue tranquillement à la vie dans une ville qui ne s’arrête presque jamais, à part pour la sieste et encore !
Les voisins des soeurs sont les frères salésiens, qui ont également une école et la caserne des CRS ! Donc tous les matins, nous avons droit à droit à leur footing et au garde à vous ! Et nous pouvons donc faire appel à « Police Secours » pour tout problème !

 

 

L’école alternative St Joseph. Elle permet aux élèves d’effectuer les six ans de primaire en trois ans comme : classe de CI (Cours d’Instruction) et CP, classe de CE1-CE2 et classe de CM1-CM2. Ma mission au sein de l’école consiste à faire réciter les leçons et ainsi corriger la prononciation. Et dans ce domaine, il a du travail !!!! En Fon, le « r » n’existe pas. De ce fait, il est supprimé ou transformé, cela donne : « grâce » = « glace », « priez » = « piez », et « circonscription » je n’en parle même pas !! Mais j’ai du temps devant moi pour essayer de les corriger !!
La baraque SOS Vidomégons. Elle se trouve au coeur du marché de Dantokpa. Elle permet aux filles de s’amuser tout en apprenant. Le matin, un maître vient leur faire la classe et l’après midi est consacré aux activités plus manuelles, culturelles,… Les filles sont vraiment joyeuses d’être là malgré la difficulté qu’elles ont dehors… Une vraie leçon de vie !
La Maison de l’Espérance. Elle permet à certaines filles du marché de dormir au chaud et en sécurité. Le matin, elles partent travailler. Pour d’autres, on propose une formation de boulangerie, cuisine, savonnerie. L’après-midi est consacré aux activités culturelles : perles, cinéma… Il existe également des espaces éveils, sorte d’école maternelle, dans les quartiers les plus pauvres.
Le marché de Dantokpa. Il est vraiment très très grand. On peut vite s’y perdre !! Les allées sont assez étroites, entre les étals, les personnes qui circulent, les chariots qui passent, la place manque vite !! Les étals sont hauts en couleurs surtout au niveau des pagnes !! Une palette de couleurs à faire pâlir un peintre ! Les odeurs sont aussi très prenantes mais impossible de les transcrire en mots… Essayez d’imaginer un étal de poisson fumé, à côté des poulets vivants, les légumes et autres… Vous obtiendrez peut-être l’odeur… !!!
Le zem à deux ! Le zem ou zemidjan est le taxi-moto et le moyen de transport privilégié ici. Ils sont repérables à leur chemise jaune. D’habitude, nous prenons le zem seule. Mais, lors de sorties le soir, nous le partageons à deux. Ce qui donne trois personnes sur une moto. Autant dire qu’il faut bien choisir la moto !! Mais cela est chose courante même dans la journée : il est courant de croiser des motos avec quatre personnes dessus : deux adultes et deux enfants. Le premier sur le réservoir entre le conducteur et le guidon, le second enfant entre la mère et le chauffeur… Plus quelquefois, des marchandises !!!
Le restaurant d’application Mamma Mia. Il permet aux filles ayant suivi une formation en cuisine, hôtellerie, d’effectuer leur stage. Durant la matinée, j’ai eu faim en les voyant cuisiner les pâtes fraîches et autres préparations ! Et cela va être deux fois par semaine, je vais prendre des kilos rien qu’en les voyant !!

 

 

L’école Laura Vicuña. Avec Valérie, nous allons avoir une classe de trente élèves de 9 à 15 ans pour effectuer les arts plastiques. Cela nous angoisse un peu de gérer une classe seule. Nous avons eu une réunion d’information et de formation. Et nous allons devoir porter un magnifique tee-shirt rose, pour que l’on puisse nous repérer !!!

Un an de plus, un peu plus de sagesse ?! Les soeurs ne l’ont pas oublié ni les volontaires ! Lors du petit déjeuner, elles ont commencé à entonner le « joyeux anniversaire » dans les diverses langues que comptent la communauté, en français, en fong, en espagnol, … Ce fut assez émouvant ! Puis le soir, elles ont recommencé avec une procession dirigée par Sr Judith au djembé ! Encore un moment un peu hors du temps et qui restera gravé! Lors de cette procession, elles m’ont offert un pagne (le premier),… je ne m’y attendais pas, surtout que je n’étais pas arrivée depuis longtemps ! En tout cas, cette soirée montre l’esprit qui règne au sein de la communauté !

 


La visite de Sr Marie Dominique
Cette semaine fut un peu spéciale. En effet, les soeurs recevaient la visite d’une soeur du conseil supérieur basé à Rome, Soeur Marie-Dominique. Elles ont changé les tables, fabriqué un décor, avec les petites mains des volontaires, tout devait être parfait !
Pour cette visite, les filles du foyer ont confectionné des masques et des couronnes. Malheureusement, le soir de la soirée tant attendue, il a plu ! Malgré tout, nous avons passé une bonne soirée toutes ensemble. Au programme : projection du film « Ma fille ira à l’école » et repas préparé par les tatas. Le film a été réalisé au Bénin et c’est spécial ! Mais le thème est vraiment en adéquation avec la mission des soeurs. La plupart des filles se sont retrouvées dans cette histoire…
Lors du repas, nous avons mangé du …. riz, quelque peu différent de d’habitude ! Et nous avons eu droit à du jus de bissap réalisé le matin par les filles et la mamma !

 

A l’occasion de la Béatification de Sr Maria TRONCATTI, quelques filles de l’école alternative ont fait une pièce de théâtre. Ce fut vraiment très bon !! Lors d’une scène, des « malades » sont arrivés un à un mais à force il n’y avait plus de place et chaque fois, la comédienne disait « ça va aller, ça va aller ». Ce fut LA phrase de la soirée et encore maintenant. Les filles m’ont impressionnée. Quelques unes étaient du foyer, et elles ont très bien joué. D’habitude, elles sont un peu difficiles et là, elles nous ont bluffées ! Même les tatas n’en revenaient pas de leur comportement !! Je pense que cette pièce leur a fait le plus grand bien. Elles étaient ravies de participer. Pour nous tous, nous avons appris un peu plus sur cette soeur à travers les enfants !!!

 

(blog d’octobre et novembre 2012)